Quitter-paris-rennes

Quitter Paris pour s’installer à Rennes : ils l’ont fait

Cadre sup’, salarié, indépendant… ils/elles ont franchi le pas et témoignent sur Rennes Business.

Les Franciliens sont de plus en plus nombreux à rêver d’ailleurs. Réduire son temps de transport, bénéficier d’une meilleure qualité de vie, avoir accès à un logement plus grand à un prix abordable… Autant de raisons qui les poussent à déménager, et notamment à Rennes. La métropole se place en 3e position du Baromètre des villes les plus attractives en matière de mobilité professionnelle depuis la crise sanitaire. 4 nouveaux bretons nous expliquent leur choix.

Qu’on y arrive ou qu’on y revienne, la métropole rennaise séduit toujours autant. Certains avaient fait leurs études à Rennes, d’autres ne connaissaient pas la ville avant d’y habiter. Cependant tous ont un point commun : ils ont quitté Paris et se plaisent à Rennes. Retour sur le témoignage de ces ex-parisiens qui ont choisi de s’installer à Rennes.

Salarié, indépendants, entrepreneurs… Chacun s’y retrouve

Certes, Paris est la ville de tous les possibles : emploi, lieux culturels, vie nocturne, voyages… Mais passé un certain âge et la routine, le temps de transport, la pollution, l’immobilier peu accessible ont raison de beaucoup de franciliens, en particulier ceux qui cherchent à fonder une famille. Pour Alex, consultant en recrutement, et sa compagne, le choix de Rennes s’est présenté comme « une évidence » après 6 ans passés à Paris : « une transition tranquille entre la vie citadine et la vie en région ». En février 2018, il a saisi l’opportunité de participer à l’ouverture d’un bureau à Rennes. Une démarche opportuniste mais qui s’inscrit dans un choix cohérent avec leurs envies de changement.

Ludivine LF Rennes
Ludivine Le Cornec, juriste

Ludivine a suivi son conjoint en juillet 2020 et se dit « ravie d’avoir choisi Rennes ». Après Londres et Paris, cette trentenaire d’origine bretonne a rapidement trouvé un CDI en tant qu’assistante juridique dans un cabinet d’avocats à Rennes, et ce malgré la crise sanitaire. C’est aussi le travail qui a amené Arnaud, cadre senior, à venir habiter la région. Finistérien d’origine, il a démarré à Paris, a vécu à l’étranger puis a saisi l’opportunité de devenir Directeur Marketing et Communication de l’école de management de Rennes. Celui qui n’avait pas le projet de quitter l’Ile-de-France partage aujourd’hui son temps entre Paris et la Bretagne pour des raisons familiales. « Le fait que Rennes soit aujourd’hui à 1h25 de Paris en TGV a été un argument de poids dans mon choix. Je savais que j’allais être amené à faire des allers-retours entre la capitale et Rennes car mes enfants vivent à Paris. Cette accessibilité rendait donc ce projet possible. »

Arnaud Le Mérour CMO Rennes School of Business
Arnaud Le Mérour, cadre à Rennes School of Business. Crédit photo © Rennes School of Business

Alexis Minchella est freelance. Un choix de carrière qui lui permet de travailler où il le souhaite. Comme à Bali en Asie, ville où il a travaillé en full remote jusqu’à ce que la crise sanitaire ne l’oblige à revenir en France. Pour autant, pas question de revenir sur Paris. « Nous souhaitions changer de cadre et gagner sur le coût de la vie. Et puis, je n’avais même pas le temps de profiter des avantages de la capitale, je travaillais beaucoup. » Côté pro, il voit le potentiel de Rennes : « les structures ne manquent pas mais Rennes n’a pas forcément de réseaux de freelances. Personnellement, j’y ai vu l’opportunité d’en créer un. »

Au-delà des atouts évidents, des promesses tenues

Portrait Alexis Minchella
Alexis Minchella, freelance

Les avantages de la capitale bretonne ne manquent pas pour les ex-franciliens. A 1h25 de Paris en train, Rennes a de quoi concurrencer les villes de la périphérie francilienne en matière de temps de transport, la qualité de vie en plus. « C’est un énorme atout, je fais beaucoup de déplacements à Paris, à la journée » rappelle Alexis. Mais son accessibilité ne s’arrête pas là, puisqu’elle fait partie des « villes 15 minutes » : un concept désignant la qualité de vie des métropoles dans lesquelles tous les lieux importants au quotidien – bureau, école, espaces verts – peuvent être rejoints à pied ou à vélo en un quart d’heure maximum.

Portrait d'Alex qui à déménagé Rennes
Alex, consultant en recrutement

Côté immobilier, s’il est plus tendu actuellement, il reste abordable comparé à l’Ile-de-France. « La recherche d’un appartement dans le centre-ville a été simple et j’ai trouvé sans difficulté » rassure Arnaud. Pour Alex, le consultant en recrutement, et sa compagne, l’emménagement à Rennes a été appréciable : après un 40m2 loué 1200€ près des Buttes Chaumont à Paris, puis un logement à 900€/mois à Ivry-sur-Seine juste avant le départ, ils ont trouvé un appartement de 90m2 avec 40m2 d’extérieur pour 800€ à 15 min à pied du centre-ville de Rennes. Le petit plus qui fait la différence pour Alexis, l’indépendant : « une pièce dédiée à mon bureau, c’est un luxe que je n’avais pas à Paris. »

De son côté, Ludivine apprécie particulièrement la qualité de vie à la rennaise : « Rennes est une ville à taille humaine, très dynamique et proche de tout (la mer, la nature…). Nous pouvons très facilement nous évader les week-ends ». Un quotidien résumé ainsi par Alexis : « Avoir un grand appart, pouvoir se déplacer à pied ou à vélo facilement parce que Rennes est une ville à taille humaine. Elle permet la cohabitation entre les voitures, les scooters et les vélos. Ce n’est pas anarchique comme à Paris. S’y ajoute le fait de pouvoir aller à Saint-Malo le week-end, en moins d’une heure. »

Une ville à l’évolution positive

« Depuis notre retour, nous avons trouvé la métropole changée. Elle a beaucoup évolué et dans le bon sens » note Ludivine et son conjoint. Pour ceux qui avaient connu Rennes pendant leur jeunesse, le changement est important. Pour autant, « je n’ai aucun regret d’avoir emménagé ici, ni aucune nostalgie de la ville de mes 20 ans » précise Arnaud. Pour lui, « Rennes est devenue totalement cosmopolite. Et tout cela enrichit indéniablement l’identité de Rennes, et des Rennais ! ». Dotée d’une ligne de métro et bientôt d’une seconde, à 1h25 de Paris depuis 2018 grâce à la LGV, la capitale bretonne rayonne culturellement et l’offre dans ce domaine est de plus en plus diversifiée.

Certes, les travaux mettent à l’épreuve la patience des Rennais, mais ces changements – le développement de la gare, des pistes cyclables, des zones sans voiture, des parkings relais ou encore des espaces verts – contribuent à faire de Rennes une ville où il fait bon vivre. Au dernier classement en date sur la mobilité professionnelle publié par le réseau social Linkedin, Rennes se hisse à la 3e place des ville la plus attractive depuis la crise Covid, Après avoir été élue numéro 1 des grandes métropoles les plus attractives en France dans le baromètre de l’expert immobilier Arthur Loyd et la plus attractive de France selon ses habitants d’après le baromètre publié fin 2020 par RegionsJob & ParisJob en partenariat avec Hays. 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email