cybersecurite

Hogo veille sur la sécurité des entreprises

Entretien avec Laurent Collet, son PDG et co-fondateur

Créée en 2016, la startup rennais est spécialisée dans le domaine de la cybersécurité. Après avoir sorti un premier boitier pour les industries sensibles, elle s’adresse désormais à tout type d’entreprise ayant besoin de sécuriser son réseau. Au point de recruter régulièrement pour accompagner son développement.

« On a commencé à travailler dans un garage, à côté de nos activités respectives ». Si cette image est un cliché pour de nombreuses startup, elle est conforme à la réalité dans le cas de Hogo. C’est en tout cas ce que confirme Laurent Collet, son PDG et co-fondateur. Nous sommes alors en 2016 et l’entreprise de sécurité informatique accouche d’un premier produit : la S3box. Il s’agit d’une station blanche, c’est à dire d’un boitier qui analyse et décontamine les supports USB. L’idée est alors de proposer ce produit à « des systèmes industriels sensibles », qui sont en forte demande de « décontaminer » les éléments qui peuvent être branchés en USB. La société a démarré son activité « avec la première commande de client », et dispose 3 ans après « de plusieurs grands comptes » sur ce marché.

Hogo, analyse et décontamine les supports USB
Hogo, analyse et décontamine les supports USB

Un regroupement de 2 entreprises

Au préalable, la création de ce boitier a nécessité plusieurs mois de R&D, dans un garage donc. L’entreprise Hogo Business Service (de son nom complet) est née de l’envie de « 3 associés de 3 mondes différents » de se regrouper. Avec Laurent Collet, on retrouve ainsi Franck Di-Nocera, responsable en sécurité informatique dans le domaine de la défense et Quentin Ruillère, qui vient de la sûreté nucléaire. Le premier est à l’origine « dans le domaine du conseil en cybersécurité », les seconds « faisaient du développement de solutions de sécurité » à travers des logiciels. Mais en parallèle, tous identifient « un besoin commun de leurs clients » pour s’équiper. C’est ainsi qu’est née la S3box, qui propose aussi directement du transfert de fichiers.

Bien lancés par Rennes Atalante (Le Poool)

Pour ce faire, les associés ont bénéficié d’un coup de pouce de plusieurs programmes d’accompagnement locaux, et notamment StartMeUp* de Rennes Atalante (maintenant le Poool). Pour Laurent Collet, la technopole a fait « un super travail ». Il a particulièrement apprécié « les formations » pour apprendre à gérer une société, afin d’avoir « les bonnes premières clés » pour « prendre les bonnes décisions ». Avec une approche adaptée au domaine de l’innovation. Hogo a ensuite bénéficié du « bon réseau » de l’entité devenue le Poool, qui leur a permis « d’aller vite vers les bonnes personnes ». Il pense notamment à la mise en relation avec « le Pôle d’excellence Cyber (PEC) », mais aussi « les autres sociétés » avec qui il est « beaucoup plus simple d’avoir des synergies qu’ailleurs » à Rennes.

Hogo cherche à augmenter ses effectifs

Grace à ça, il a pu élargir sa palette ces dernières années. Hogo propose désormais « des solutions clé en main très facilement adaptables ». Et cela aussi bien pour « les ETI, les PME, jusqu’aux grands comptes ». L’entreprise peut donc intervenir par exemple auprès d’automates qui régulent la distribution d’eau, mais aussi quartier de la Défense à Paris. Pour développer toute cette gamme, l’entreprise comptera bientôt 6 à 7 personnes et cherche encore à recruter ! Elle s’appuie pour cela sur « de bonnes écoles, de bonnes formations » sur Rennes qui ont été mise en place dans ce qu’ils appellent « le berceau de la cybersécurité ». Autant d’éléments qui ont décidé le lieu de leur implantation.

Une démo sur l’IA à l’European cyber week

Quoi de plus naturel alors que de participer à l’European cyber week, qui se déroulera justement dans la capitale bretonne du 19 au 21 novembre 2019. Hogo était même « un des premiers inscrits » d’après Laurent Collet. Après y avoir assisté depuis des années, ils seront cette fois présent à travers un stand et un pitch. L’accent sera mis plus particulièrement sur une « démonstration autour de l’intelligence artificielle ». L’intérêt pour eux, de cette manifestation, est le volet « plus spécialisé », étant notamment organisée par le ministère de la Défense. Un point fort qui devrait attirer encore plusieurs milliers de personnes au Couvent des Jacobins pour cette 4ème édition. De quoi conforter le choix de Hogo de s’installer à Rennes, même si leur ambition est de sécuriser les entreprises du monde entier. 

* Les entrepreneurs non rennais mais souhaitant s’installer à Rennes peuvent également bénéficier du programme StartMeUp. 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email